Anaplan, un guide précieux au développement du plan stratégique d’Onduline

Interview de M. Antoine Rebois, Directeur Financier chez Onduline

Q. A quelles problématiques et contraintes stratégiques et business faites-vous face ?

R. De par sa présence internationale, Onduline est exposé à différents environnements économiques et monétaires très volatiles, nécessitant une grande réactivité́ dans le suivi de la performance. D’autre part, le groupe est sous LBO, ce qui réclame, à destination de nos actionnaires ABENEX et Astorg Partners et de nos banques, des systèmes de reporting et de planning financiers fiables, performants et plus détaillés que ceux d’une entreprise familiale. Jusqu’à l’année dernière, notre système de reporting/planning s’appuyait autour d’un pivot constitué par un logiciel de consolidation juridique et autour duquel gravitaient à la fois les ERP locaux propres aux filiales et de nombreux développements spécifiques autour d’Excel. L’ensemble était donc devenu fragmenté, lourd à gérer, hétérogène, peu réactif et peu agile ; nous avions guère de souplesse pour changer d’axes d’analyse ou pour en introduire de nouveaux. De plus, toutes ces solutions existantes n’offraient pas de transversalité́ ni de possibilité́ de collaboration efficace entre les différents départements et filiales de l’entreprise. Le système de reporting fonctionnait essentiellement en silo sans possibilité́ d’actualisation instantanée.

Q. En partant de ces constats, quelle a été́ votre réflexion ?

R. Face à cet environnement complexe, nous avons donc réfléchi à une solution capable de nous donner plus de réactivité́ et nous offrir la possibilité́ d’augmenter les axes d’analyse tout en pouvant impliquer les différents acteurs où qu’ils soient. En parallèle, nous avions en tête d’améliorer le partage des informations et la communication entre nos différentes filiales lors de la construction des prévisions. Bref, avoir un système homogène plus collaboratif et transversal tout en bénéficiant de la souplesse des applications sur le Cloud. Nous étions aussi à la recherche d’un système offrant de la simplicité́ et de la flexibilité́ dans sa mise en œuvre. Il faut savoir que nous sommes une ETI avec des ressources informatiques et financières limitées. Il est donc difficile pour nous de déployer et de maintenir des applications lourdes qui réclament une batterie d’experts et de spécialistes. Notre choix s’est donc porté sur l’application Anaplan, un choix guidé et encouragé par Stéphane Médard, partenaire chez Atkan qui connaissait un peu l’entreprise et ses problématiques.

Q. Comment s’est déroulé́ le déploiement d’Anaplan ?

R. Sous la houlette du Directeur du contrôle de gestion, Mr Éric Soret, et son équipe puis avec l’appui du Directeur informatique, Mr Gwendal Meledo, le déploiement a débuté́ avec la mise en place d’applications peu complexes. La méthode agile, qui permet de revenir en arrière sans pénalités importantes et l’appropriation rapide par les contrôleurs du siège et des filiales, ont grandement facilité les choses. D’autre part, nous avons eu à faire face à un test sur la validité́ de notre choix avec l’arrivée de notre nouveau président (Richard Séguin) qui a lancé un nouveau plan stratégique devant déboucher sur un business plan à présenter à nos partenaires financiers dans des délais rapprochés. Sont apparus alors des besoins nouveaux au niveau des indicateurs de performance et des axes d’analyse (pays, produits, segments de marché, canaux de distribution, etc.), une analyse multidimensionnelle et plus fouillée difficilement faisable avec nos anciennes solutions.

Anaplan s’est révélé́ conforme à nos attentes et le nouveau business plan a pu être construit et présenté́ aux établissements financiers en un temps très court. Un autre test réussi, à l’occasion du business plan, a été́ la réalité́ du dialogue collaboratif, notamment avec les filiales, lors de la construction des prévisions. La mise en cohérence d’initiatives stratégiques transversales avec des prévisions purement locales a pu s’effectuer de manière harmonieuse.

Lorsque nous avons constaté qu’un directeur régional ajustait son business plan en live avec ses filiales sur Anaplan, il est apparu clairement que l’appropriation de l’outil était acquise et que l’échange et le partage de l’information fonctionnaient.

Q. En conclusion, la solution Anaplan a-t-elle répondu à vos besoins ?

R. Parfaitement, Anaplan nous apporte cette agilité́ qui nous faisait défaut. Nous passons d’un système fortement vertical et fragmenté à une solution plus flexible et plus collaborative. Quant à l’instantanéité́ des résultats, elle résulte de la technologie In-Memory intégrée à l’application. On peut donc partager l’information avec tout le monde et actualiser les données de manière immédiate.

Au final, grâce au Cloud, nous avons la possibilité́ de fractionner les sous-applications en plusieurs modules avec une puissance de feu remarquable. Le revers de la médaille est le système de facturation basé sur les volumes de données utilisées. Comme la tentation est grande de multiplier les informations et les axes d’analyse, il faut faire attention dans le développement des modules d’application et dans le paramétrage à optimiser ce point avec des familiers du produit.

Onduline en quelques chiffres:

Créé il y a 70 ans, le fabricant de matériaux de construction Onduline propose une large gamme de solutions pour la toiture, la façade et le gros-œuvre.

Cette ETI française est présente sur les cinq continents via une quarantaine de filiales et compte une dizaine d’usines.

Onduline, qui emploie 1 500 personnes, a réalisé́ un chiffre d’affaires d’environ 300 M€ en 2015 dont 90 % de ce chiffre est réalisé́ à l’international.

Découvrez les autres témoignages de AccorHotels, AXA, Schneider et UFF sur le thème ” L’agilité au cœur de leurs enjeux transformationnels” à travers cet Ebook réalisé par Anaplan et CIO.