Demand Planning : Ferrero France implémente un processus robuste avec Anaplan

Share this with your network

Ferrero France a saisi l’opportunité du rachat de Delacre pour mettre en place une solution de prévision des ventes dans un délai extrêmement court. L’horizon de prévision est passé de trois mois à vingt-quatre mois.

« Notre ambition était assez pragmatique, puisqu’il s’agissait de construire un système de prévision des ventes devant être robuste, dans un contexte très particulier », résume Gaël Loison, responsable Demand planning chez Ferrero France. Leader du marché de la confiserie de chocolat, le groupe emploie dans l’Hexagone 1 300 personnes pour un chiffre d’affaires d’un peu plus de 1,2 milliard d’euros, réalisé avec des marques célèbres (Nutella®, Kinder®, Ferrero Rocher® et Tic Tac®).

En 2017, le comité de direction prend un engagement fort d’entrer dans une démarche S&OP (Sales & Operations Planning), devant être à terme supportée par de la prévision statistique. « Nous faisions déjà de la prévision des ventes, mais de manière complètement différente, explique Gaël Loison. Il y a eu une opportunité pour sauter le pas. »

Cette opportunité se matérialise autour d’un projet, fin 2017, pour intégrer la distribution et la prévision d’une nouvelle entité, la gamme Delacre. L’objectif est de créer un outil de prévision des ventes dans un délai extrêmement court, trois mois, en intégrant cette démarche au sein des équipes avec un nouveau process, pour lequel tout n’est pas écrit et qui induit un grand besoin de flexibilité.

Une mise en place en trois mois avec la méthode agile

« Le contexte était très « challenging » reconnaît Tuyen Phan, directeur associé chez Metis Consulting, qui a accompagné Ferrero dans la mise en place d’Anaplan. Il fallait à la fois intégrer une nouvelle équipe et des nouvelles compétences. » La direction demande d’abord au service informatique d’intégrer Delacre et celui-ci estime que cela n’est pas faisable dans le délai imparti. Metis Consulting, alors contacté, propose une solution autour d’Anaplan. « Nous avons effectivement assuré la mise en place en trois mois en utilisant la méthode agile sous forme de sprints », explique Tuyen Phan. Après une première phase de conception assez classique d’un mois, trois phases de sprints se succèdent. La première concerne tout ce qui est lié à la structure des données, la hiérarchie produits, la géographie, les canaux de distribution. La deuxième est bâtie sur les prévisions et les algorithmes et la troisième porte sur la gestion des promotions, des cannibalisations et la saisonnalité des produits.

L’équipe d’utilisateurs d’Anaplan nouvellement créée dépend de la direction de la supply chain. Elle prend la responsabilité de la gestion de l’ensemble de l’amont de la supply chain et est garante de l’élaboration et de l’exécution du plan de demande.

Anaplan facilite le passage de relais entre les équipes business et les équipes supply chain, qui sont désormais propriétaires de ces données. Cela est réalisé notamment par les workshops de création d’outils. Ils permettent d’absorber une bonne partie de la connaissance qui n’était pas au sein de la supply chain. Et tout le travail réalisé en amont aboutit à mieux connaître les leviers de demande, à les modéliser et à harmoniser toutes les pratiques jusqu’alors très disparates.

Un objectif atteint en cinq semaines

« Cinq semaines après la mise en place de l’outil, nous avons atteint notre objectif, et avons obtenu une précision des prévisions budgétaires équivalente à celles fournies sur les autres marques de Ferrero, se félicite Gaël Loison. Nous sommes également passés d’un horizon de prévision de trois mois à vingt-quatre mois aujourd’hui. Tous les leviers de la demande sont documentés et visibles dans l’outil. Nous possédons enfin un plan de demande qui combine un certain nombre d’éléments, notamment sur les innovations, les lancements et sur la promotion. Avant, c’était beaucoup plus énigmatique et plus ouvert à discussion. »

Plusieurs nouvelles étapes sont prévues. La première concerne la duplication des utilisateurs-clés capables de faire évoluer l’outil. Cette fonction n’est pas logée au sein de la DSI, mais bien au sein de la direction supply chain, ce qui est une petite révolution au sein de Ferrero. La deuxième sera de réaliser très rapidement un déploiement total de l’outil, le pilote Delacre ayant donné des résultats extrêmement satisfaisants. La troisième étape serait enfin de continuer de servir la S&OP tout en valorisant la prévision des ventes.