Interview de Stéphane Kornprobst, Responsable Contrôleur de Gestion Central chez Sogeprom

Share this with your network

Trois questions à Stéphane Kornprobst, Responsable Contrôleur de Gestion Central chez Sogeprom.

Motivé par des objectifs précis, Stéphane Kornprobst a choisi Anaplan pour optimiser ses prévisions budgétaires. Participant à la session mise en place lors de l’événement « Future of Finance », il partage son expérience.

Quelle est l’activité de Sogeprom ?
Stéphane Kornprobst : Filiale de la Société Générale, Sogeprom est l’un des promoteurs leader de la profession qui intervient au niveau national sur l’ensemble des marchés de l’immobilier : résidentiel, tertiaire, luxe… Nous sommes organisés en BU, implantées en région. Plus de trois mille six cents logements ont été commercialisés en 2017 pour un chiffre d’affaires de neuf cent vingt-huit millions d’euros.

Comment avez-vous été amené à travailler avec Anaplan ?
S. K. : J’ai connu cette société dans mon précédent poste où nous souhaitions changer de système et remplacer SAP BPC. En intégrant Sogeprom, j’ai tout de suite pensé à Anaplan comme solution pour modéliser notre prévision budgétaire. Classiquement, Excel était utilisé dans l’entreprise, ce qui rendait la production de chiffres particulièrement chronophage et nous empêchait de challenger et d’analyser finement nos prévisions. Ne pas disposer d’une base de données implique de partir à chaque fois d’une feuille blanche, il était donc nécessaire de nous doter d’une solution permettant de réaliser nos prévisions budgétaires et atterrissages financiers. Ma direction m’a immédiatement suivi dans le choix d’Anaplan.

Quelles solutions ont été déployées ? Et quels sont leurs avantages ?
S. K. : Nous avons donc mis en place une solution dédiée aux prévisions, une seconde partie du projet concernant une application RH permettant de suivre un plan de recrutement et d’avoir une base de données dédiée à la masse salariale. Tout n’a pas été simple car notre planning était très serré : nous avons démarré en mars et l’application a été livrée en juin. Même si je n’ai pas encore beaucoup de recul, je constate que cette solution est positive : nous n’avons plus besoin de contrôler les éventuelles erreurs de consolidation ou de formules et avons donc gagné, en temps et en fiabilité. De même, les présentations réalisées avec l’outil sont plus claires, mieux construites et donc davantage lisibles.

Téléchargez le rapport sur le Connected Planning