Comment Kellogg Company crée de la valeur en utilisant la technique du « Zero Based Budgeting » ?

Utiliser pendant trop longtemps des méthodes de gestion appréciées par de nombreuses personnes peut mettre les entreprises les plus solides en danger. Ainsi, pendant les années 1980, IBM a continué à focaliser son énergie sur les grosses unités centrales de traitement de données alors que le marché des serveurs et des PCs explosait. Plus récemment, la chaîne américaine de magasins de location de DVD et de jeux vidéo Blockbuster s’est accroché à ses points de vente physiques alors que les nouvelles technologies changeaient radicalement les modes de location et visionnage des films en ligne. Rétrospectivement, il est difficile de comprendre pourquoi ces deux entreprises n’ont pas changé leurs façons d’opérer pendant si longtemps. Pourtant, nous faisons à peu près de même lorsque nous devons élaborer un budget annuel. Nous prenons les dépenses de l’année précédente et nous y ajoutons un certain pourcentage d’augmentation pour pallier à la hausse des salaires et à l’inflation. Ainsi, nous nous conformons au statu quo et à la manière de faire historique.

De prime abord, une telle façon de faire peut paraître inoffensive. Cependant, répétée d’année en année, elle peut nous faire rater des opportunités de réduction des coûts importantes. C’est pourquoi un nombre croissant de multinationales décident de remettre en cause le statu quo en adoptant la technique du Budget Base Zéro (ZBB), où il faut justifier chaque ligne du budget en prenant en compte sa pertinence pour l’entreprise et son coût.

Kellogg Company au premier plan du BBZ

Kellogg Company, le plus grand producteur de céréales pour petit-déjeuner au monde, a été l’une des premières à adopter le ZBB. En 2016, l’entreprise a annoncé publiquement une réduction des coûts anticipée de 150 à 180 millions de dollars grâce au Budget Base Zéro. Elle a indiqué, prévoir des réductions de coûts comprises entre 450 et 500 millions de dollars pour les années 2017 et 2018. Ces économies vont permettre à l’entreprise d’investir dans ses marques existantes, d’en acheter de nouvelles, de financer l’expansion géographique et de poursuivre son objectif : augmenter sa marge de 350 points de base.

Malgré la perspective de réaliser des économies aussi significatives que celles de Kellogg, beaucoup d’organisations sont encore réticentes à mettre en place le ZBB, à cause de certaines idées fausses : le ZBB serait cher, long à implémenter dans une entreprise, et pourrait perturber la marche des affaires…

L’analyse de Kellogg est forcément différente . D’abord, la plateforme de planification qui gère son programme ZBB dans le monde entier a remplacé l’ERP préexistant et permet à l’entreprise d’économiser annuellement 177 000 dollars en coûts de support.

Lors d’une présentation récente, Kellogg a expliqué que les entreprises ont besoin du sponsoring du comité exécutif pour bien réussir une initiative ZBB. Ce n’est pas une recommandation anodine. L’appui de la direction générale permet de dynamiser toutes les strates de l’entreprise. De plus, les équipes de Kellogg sont convaincues que sans une plateforme de planification efficace et simple à utiliser, le ZBB peut être laborieux et chronophage. Heureusement, Kellogg Company a choisi Anaplan.

Après avoir réalisé une première période fiscale complète en utilisant la méthode ZBB, Kellogg dispose de nombreuses bonnes pratiques et sait quelle plateforme utiliser. Pour en savoir plus, vous pouvez regarder la vidéo : « Comment Kellogg Company créé de la valeur en utilisant la technique du Budget Base Zéro ?